L'Inédit

par notreHistoire


Franz von Hoesslin

Franz von Hoesslin, lors d'une répétition de la 9e Symphonie de Beethoven à Stockholm (années 1930)

Coll. F. Rudhard/notreHistoire.ch

Notre rubrique Témoignages et récits offre l’occasion d’une reprise – intégralement et en extrait – d’articles et de récits publiés par les membres de notreHistoire.ch sur la plateforme. François Rudhard est l’auteur de cet article biographique sur le chef d’orchestre Franz von Hoesslin, rédigé pour accompagner un document sonore précieux qu’il a partagé sur notreHistoire.ch: le seul enregistrement connu de la voix de Franz von Hoesslin, captée lors d’une répétition d’un Divertimento de Mozart avec l’Orchestre de chambre de Lausanne. Texte et son se répondent, en quelque sorte, et nous vous invitons aujourd’hui à les découvrir sur L’Inédit (le titre et les intertitres sont de la rédaction).

Enregistrement 78 tour sur cire couchée sur plaque de verre, peut-être enregistré par Radio Lausanne mais dont il n'a été trouvé aucune trace à la RSR.

Coll. F. Rudhard/notreHistoire.ch

Franz von Hoesslin est né à Munich le 31 décembre 1885, il décède tragiquement dans un accident d’avion au large de Sète, le 25 septembre 1946.

Elève de Max Reger et de Félix Mottl, il fit ses débuts de chef d’orchestre à Danzig. De 1908 à 1911, il est nommé au Théâtre de Saint-Gall où il dirige tout L’Anneau du Nibelung, Tristan et Isolde, Les Maîtres Chanteurs de Nuremberg de Wagner, Fidelio, de Beethoven, ainsi de nombreux opéras de Mozart et Gluck. A Hellerau, il rencontre Émile Jaques-Dalcroze pour étudier la rythmique Jacques Dalcroze.

En 1912, Franz von Hoesslin est appelé à Riga où il dirige le «Konzertverein». Au début de la Première Guerre mondiale, il s’engage comme volontaire. Il y resta avant tout musicien, fondant un ensemble de musique de chambre et transformant ses bagages en petite bibliothèque musicale.

Une amitié avec Klee, Kandinsky et Gropius

Dans les années 1919-1920, il est chef de la «Société des amis de la musique» de Lübeck, puis maître de chapelle à Mannheim les deux années suivantes, où il fit la connaissance de sa seconde épouse, la cantatrice Erna Liebenthal. Il dirige ensuite à la Grosse Volksoper de Berlin. En 1923, il est nommé Generalmusikdirekort (Directeur général de la musique) du Landtheater de Dessau-Roßlau, comme successeur de Hans Knappertsbusch. L’amitié qui le liait aux peintres Paul Klee et Vassily Kandinsky, ainsi que l’architecte et urbaniste Walter Gropius est une des origines du transfert du Bauhaus à Dessau après la dissolution du Bauhaus de Weimar.

A côté de ses activités à Dessau, Franz von Hoesslin dirige à Vienne, Madrid, Lisbonne, Londres, Stockholm et Amsterdam. En 1923, il conduit un cycle Wagner à Hambourg, ainsi que les festivals Wagner de Madrid en 1922 et 1923. En 1926, il partage avec Karl Elmendorff la direction de Bärenhäuter et Sternengebot de Siegfried Wagner. En 1927, il est appelé à diriger L’Anneau du Nibelung au Festival de Bayreuth. C’est cette année-là que se firent les tous premiers enregistrements sur disque au Festival. En 1928, Franz von Hoesslin dirigea à nouveau trois cycles de représentations de L’Anneau du Nibelung à Bayreuth.

En 1929, il monta L’Anneau du Nibelung avec l’Orchestre Walther Straram et les solistes du Festival de Bayreuth au Théâtre des Champs-Elysées, à Paris. Ces représentations, les premières en langue allemande en France, eurent un grand retentissement à travers toute la France, puis au niveau international, puisqu’elles firent l’objet d’enregistrements sur disques par la firme Pathé.

Le veto de Joseph Goebbels

En 1932, Franz von Hoesslin conduisit des cycles Mozart à Nice et Genève. De 1932 à 1936, il est « Generalmusikdirecktor » de l’Opéra de Breslau. Lorsque Vassily Kandinsky se trouva confronté à des difficultés politiques face au nazisme, Franz von Hoesslin lui offrit refuge dans son chalet proche de Munich. Lui-même devait bientôt se heurter à une opposition massive de la part du régime national-socialiste. Pourtant, en 1934, il partage encore la direction de Parsifal avec Richard Strauss à Bayreuth. Mais il se voit refuser la direction des opéras de Munich où de Hambourg. Alors même que le Sénat de cette dernière ville l’avait accepté comme Generalmusikdirekor, il se voit opposer le veto de Joseph Goebbels, Ministre du Reich à l’Éducation du peuple et à la Propagande. Son épouse étant juive, on lui fit comprendre que s’il s’en séparait, rien ne s’opposerait à ce qu’il soit nommé à un poste de haut rang. Se heurtant, même à Breslau, à toujours plus de difficultés d’ordre politique, Franz von Hoesslin se décide à quitter l’Allemagne pour se rendre en Italie avec son épouse et sa fille.

En 1938 (Parsifal), 1939 (Parsifal) et 1940 (L’Anneau du Nibelung), il retourna tout de même diriger à Bayreuth à l’appel de Winifred Wagner. Il voulut considérer Bayreuth comme un haut lieu international de la musique, au-delà de toute actualité politique – ce qui, de toute évidence ne fut qu’utopie. Malgré tout, les représentations de Parsifal au Festival de Bayreuth 1938, avec Germaine Lubin (Kundri), Joseph Manowarda (Gurnemanz) et Franz Völker (Parsifal) furent à ses yeux un des moments culminants de sa carrière : « Avec cette représentation, je me trouve au seuil d’une nouvelle interprétation. Jusqu’ici, je n’ai fait qu’apprendre; maintenant, je crois avoir atteint la maîtrise de mon art » (1).

Son activité de chef plus restreinte en exil, Franz von Hoesslin se consacra plus à la composition, notamment de Lieder. Encore appelé à diriger à Bayreuth en 1942, bien que sur la liste noire du national-socialisme, rien ne l’y fit revenir.

Les conditions politiques se détériorant en Italie également, le chef se réfugia à Genève, où il avait régulièrement été appelé par Ernest Ansermet à diriger l’Orchestre de la Suisse romande. Il y dirigea notamment une Symphonie n° 9 de Beethoven qui obtint un tel succès que le concert dut être répété le lendemain.

Désormais applaudi à travers toute l’Europe et alors qu’il venait de diriger une série de concerts à Barcelone, Franz von Hoesslin, accompagné de son épouse accepta de se faire conduire en avion privé pour retourner à Genève. L’avion s’abîma en mer au large de Perpignan le 25 septembre 1946. ■

Référence

(1) Festspiel Nachrichten der Nordbayerischen Kurier, Bayreuther Festpiel, 1986

A consulter également sur notreHistoire.ch

D’autres documents concernant Franz von Hoeslin

Recevez chaque semaine les articles de L’Inédit en vous inscrivant à notre newsletter

Château d'Oron 1943

Coll. E. Born/notreHistoire.ch

Au cours des années 1930, Daniel Gaiffe, dernier propriétaire du château d’Oron, se retrouve criblé de dettes. Il n’a d’autre choix que de vendre son domaine. Il tente d’abord sa chance auprès du canton de Vaud, qui décline l’offre poliment. C’est alors que des citoyens du bourg se mobilisent, créent l’Association pour la Conservation du château d’Oron (ACCO) et trouvent des fonds pour racheter le vénérable monument.

Les années passent sans que la passion des défenseurs du patrimoine oronais ne faiblisse. Survient alors la guerre. L’Europe entre dans un cortège macabre. L’avenir semble bel et bien compromis et le passé se mue en valeur refuge. Rien d’étonnant donc à ce que le comité de l’ACCO, lors de l’assemblée générale du 17 mai 1943, fasse savoir aux membres qu’un projet de film historique est sur le point de se concrétiser.

Coll. Ass. château d'Oron/notreHistoire.ch

Durant l’été, le cinéaste Paul Faesi réalise ainsi un « documentaire » dans le château et à travers la campagne environnante. Les acteurs redonnent vie à des événements du temps jadis, comme la visite du duc Charles II de Savoie, survenue en 1532. Une autre scène propulse l’action à la fin du XVIIIe siècle et peint les derniers instants du régime bernois : le bailli de Mullinen et son épouse organisent une joyeuse réception dans la cour du château. Tous deux se montrent particulièrement bienveillants à l’égard de réfugiés français, qu’ils accueillent à bras ouverts…

Le 18 janvier 1944, le film est projeté dans la grande salle d’Oron. Les spectateurs viennent en nombre et semblent conquis. Un journaliste de la Feuille d’Avis de Vevey rapportera que l’œuvre constitue «une excellente leçon d’histoire et de patriotisme». Mais ne faut-il pas surtout y voir une subtile prise de position à l’endroit d’un drame de toute autre ampleur qui se joue à travers le continent?■

A consulter également sur notreHistoire.ch

Le film de la série Documentaires sur le château d’Oron, un document des archives de la RTS
D’autres châteaux et maisons de maître en Suisse romande

Recevez chaque semaine les articles de L’Inédit en vous inscrivant à notre newsletter

En bonne compagnie

Coll. S. Bazzanella/notreHistoire.ch

Nous inaugurons un nouveau format dans L’Inédit: une série d’articles d’un auteur, sorte de feuilleton historique dont nous publierons, chaque vendredi, un épisode. Jean Steinauer s’est intéressé aux animaux, réels et imaginaires, qui jalonnent l’histoire des Suisses (et peuplent leur inconscient). Premier épisode ce vendredi avec deux ours stars de l’autre côté de la Sarine.

Berne a tout reçu de l’ours :  une légende fondatrice, une histoire véridique, une présence physique fort attractive. La totale, quoi.

La ville devrait son nom au premier animal qui serait attrapé dans la forêt qui recouvrait, à l’origine, son site. Et c’est un ours que le duc fondateur Berthold V de Zaehringen abattit en premier. Berne est fondée en 1191, l’ours apparaît dans ses armoiries en 1224. Mais c’est en 1513 qu’il se fait admirer dans la ville en 3D, en couleurs, bref, en chair et en os. Le chroniqueur Valerius Anshelm rapporte que les Bernois vainqueurs à Novare (un épisode des guerres d’Italie) ont ramené triomphalement dans leur butin de guerre, outre les drapeaux pris à l’ennemi, un ours vivant, aussitôt exhibé dans le fossé de la ville, au pied de la tour des Prisons. Cette première « fosse aux ours » est restée sur la place encore appelée Bärenplatz jusqu’en 1764, où elle a été sacrifiée au trafic et reléguée aux portes de la ville, dans le quartier de la gare actuelle, au Schanzengraben près du Bollwerk. Les troupes françaises qui occupèrent le pays en 1798 emmenèrent avec elles trois ours en partant, mais un demi-siècle plus tard la France fit cadeau de deux plantigrades. Une nouvelle fosse fut construite en 1857 au bout du pont de la Nydegg. Quel habitant de notre pays n’y a-t-il jamais jeté des carottes, pour voir danser le mutz ?

Quoi qu’ils en disent, l’ours n’appartient pourtant pas qu’aux Bernois. Il est également aux origines mythiques d’Appenzell, dont la légende fondatrice est encore plus belle. Donc, le moine irlandais qui deviendra Saint Gall, et qui apporta le christianisme dans la région, avait bâti une fragile hutte (Abtes Zell, la cellule de l’abbé) pour méditer dans la forêt quand il rencontra un ours menaçant. Pas intimidé, le saint homme lui ordonna d’aller chercher du bois pour consolider son logis, ce que le plantigrade fit sans broncher. Afin de le remercier, saint Gall le nourrit, mais il lui ordonna de quitter les lieux pour toujours. L’ours, obéissant, s’exécuta. Comme les écolos n’étaient pas encore dans le paysage, le moine ne pouvait imaginer qu’ils salueraient le retour du plantigrade au cap du XXIe siècle.

La bonne enseigne pour les auberges et les restaurants

En plus de Berne et d’Appenzell (les deux Rhodes), les commune d’Orsières et d’Urseren portent ce fauve éponyme sur leurs bannières. On peut citer de même les exemples vaudois d’Orzens et Ursins, ou les cas fribourgeois d’Orsonnens et Ursy: dans le Jura, Orvin et Saint-Ursanne. Et par tout le pays d’innombrables auberges, restaurants et cafés ont pris pour enseigne cet animal omnivore, censément gourmet. Car la fortune symbolique de l’ours tient à sa ressemblance avec l’homme : il mange de tout, dort beaucoup et sait se tenir debout.

Les auteurs anciens poussaient très loin la croyance à une vraie parenté avec l’homme, assurant que l’ours et sa femelle s’accouplaient, non pas comme les quadrupèdes, mais comme les humains, ventre contre ventre, dans la position dite du missionnaire. Pour certains théologiens médiévaux, l’ours et la femme étaient même inter-féconds, et leurs petits n’avaient rien de monstrueux, juste beaucoup de poils. Ce devait être rassurant, mais l’ours restait particulièrement redoutable car sa force et son agilité n’avait pas d’égales dans la nature. Aussi l’image et la réputation de l’ours, au fil du temps, ont-elle connu la plus incroyable des évolutions, que l’historien Michel Pastoureau a résumé d’une manière saisissante. L’Eglise avait chargé le fauve de tous les péchés capitaux, ou presque, et l’avait peint en diable. Notre époque le modèle en peluche et le charge de rassurer et consoler les enfants, dont il partage le lit. Bonsoir, Nounours ! Bonne nuit, les petits.

L’ours paraît avoir commencé son retour en Suisse par les Grisons : s’est-il trompé de chemin ? On a cru le voir dans l’Oberland bernois. Puisse-t-il arriver jusqu’à la capitale ! ■

A consulter également sur notreHistoire.ch

La fosse aux ours, à Berne, en 1964: un film amateur
L’empereur Guillaume II en visite devant la fosse aux ours, en 1912
et d’autres photos de la célèbre fosse

Recevez chaque semaine les articles de L’Inédit en vous inscrivant à notre newsletter

Spahis en direction de Veyrier

Coll. Mémoire de Veyrier/notreHistoire.ch

Scène exceptionnelle dans la campagne genevoise, ce 20 janvier 1941. Plusieurs centaines de soldats nord-africains marchent sur la route en tenant leurs chevaux par la bride. Ils sont vêtus de pantalons bouffants, coiffés de turbans et enveloppés dans leurs vestes kaki, ou dans des burnous, leurs longues capes traditionnelles. Formant une colonne de 300 mètres, hommes et bêtes cheminent dans les flaques de neige fondue. Les regards sont fatigués, mais empreints de l’espoir du prochain retour chez soi.

Ce sont des spahis: leur nom vient du turc sipahi, cavalier de l’armée ottomane; un mot issu lui-même du persan sipâhi signifiant «soldat à cheval». Ces troupes efficaces ont été recrutées sous la bannière française à partir de 1830 et ont contribué à la conquête de l’Algérie. En plus des cavaliers algériens, l’armée française a aussi levé par la suite des troupes marocaines et tunisiennes. Les spahis ont combattu lors des deux guerres mondiales.

En juin 1940, les 7e et 9e régiments de spahis algériens faisaient partie du 45e corps de l’armée française. Ce dernier s’est retrouvé pris en tenaille par les Allemands dans le Doubs, non loin de la frontière suisse. Le général Daille, qui dirigeait les opérations, a demandé à la Confédération l’autorisation de se replier sur sol helvétique. Quelque 42’000 hommes ont passé la frontière et ont été désarmés, puis internés dans plusieurs régions de la Suisse. Les spahis du 9e régiment n’ont en revanche pas eu cette chance: ils ont été fait prisonniers par les forces allemandes avant d’avoir pu passer la frontière.

Parfum d’Orient au sud du Lac de Neuchâtel

Ces spahis sur la photo, marchant sur les routes genevoises, font partie du 7e régiment. Plus de 1000 hommes et près de 750 chevaux, qui ont été accueillis sept mois auparavant dans les Franches-Montagnes, puis logés dans des granges du Seeland durant l’été. Ils ont ensuite été cantonnés à l’automne dans plusieurs localités à l’est du lac de Neuchâtel, telles que Cheyres, Estavayer-le-Lac ou encore Yvonand.

Les spahis «amenaient avec eux une parcelle d’Afrique, un parfum oriental qui ne furent pas sans troubler les populations», raconte le journal neuchâtelois L’Express en janvier 1941. Pour des villageois n’ayant pas eu l’occasion de voyager hors du continent, leur présence suscitait de la curiosité, parfois de la méfiance, souvent de l’admiration. Certaines jeunes filles ne restaient pas indifférentes à leur charme. Des peintres, aussi, furent séduits par leurs yeux perçants. Leurs majestueux étalons arabes attiraient également les regards; les chevaux à robe blanche avaient retrouvé leur couleur, après avoir été teints en guise de camouflage sur le terrain de la guerre. Les hommes aidèrent aux récoltes. Parfois, ils chantaient et dansaient en s’accompagnant d’un tambourin. On en vit jouer au foot contre des équipes locales, et d’autres s’essayer à la luge.

En novembre 1940, après l’armistice, un accord franco-allemand est signé, permettant aux soldats internés en Suisse de rentrer en France pour y être démobilisés. Les spahis devront rejoindre la zone non occupée en passant la frontière à la hauteur de Genève. Les possibilités sont restreintes, étant donné que le Pays de Gex est occupé, et que la ligne ferroviaire Genève-Lyon est interrompue car le viaduc de Longeray a été dynamité. En janvier 1941, les cavaliers et leurs montures voyagent donc d’abord en train jusqu’au village de Satigny. Un bol de soupe est servi aux spahis, tandis que les chevaux sont abreuvés dans des baignoires et récipients divers réquisitionnés au village. Les spahis vont et viennent, «s’occupant davantage de leurs bêtes que d’eux-même», écrit un officier suisse témoin de la scène. Les chevaux ne sont plus équipés de leurs selles. Ces pièces, traditionnellement très ouvragées, ont été inclues dans le matériel de guerre que la France a dû céder à l’Allemagne dans le cadre de cet accord.

18 kilomètres à pied jusqu’à la frontière

De Satigny, les troupes doivent donc parcourir 18 kilomètres à pied jusqu’à la frontière française, en passant par Bernex, Confignon, Troinex et enfin Veyrier. Un premier convoi de plus de 500 hommes et 300 chevaux se met en marche. Dans les villages, de nombreux curieux et sympathisants viennent à leur rencontre en leur apportent des fruits, du chocolat et des cigarettes. «Vive la Suisse !», remercient les spahis. Ils se voient même offrir des boissons chaudes additionnées d’alcool, qu’ils refusent poliment, étant majoritairement musulmans, note L’Express. Ils font une halte de 10 minutes toutes les heures.

Coll. Mémoire de Veyrier/notreHistoire.ch

Les hommes s’accroupissent et grillent une cigarette, les chevaux mordillent quelques feuilles mortes encore suspendues aux branches malgré l’hiver rigoureux. Le Rhône est franchi, puis le Salève se rapproche. La joie gagne les marcheurs, car on leur a dit que le point d’arrivée se trouve près de la montagne.

Coll. Mémoire de Veyrier/notreHistoire.ch

Plus de 4 heures après leur départ de Satigny, les voici qui arrivent à Veyrier, chaleureusement accueillis par la municipalité et la population. Des écoliers accourent à leur rencontre avec des fleurs en papier et des chants. A la douane, côté France, le 27e bataillon de chasseurs alpins est venu d’Annecy pour leur rendre les honneurs. Portant bérets et gants blancs, ils sont au garde à vous. Les cors et clairons d’une fanfare résonnent, jouant Aux champs puis la Marseillaise. Le jour décline quand la colonne pénètre en France, prenant la direction d’Annemasse. «Merci les Suisses ! Au revoir !», lâchent encore des spahis émus en s’éloignant. ■

Références

Archives de L’Express, de la Gazette de Lausanne et du Journal de Genève
«Le passage des Spahis à Veyrier», site internet La Mémoire de Veyrier
Le Journal, Mémoire de Confignon
Satigny en clair, septembre 2017

Complément

Extrait des actualités cinématographiques suisses

A consulter également sur notreHistoire.ch

D’autres photos du passage des spahis à Veyrier

Recevez chaque semaine les articles de L’Inédit en vous inscrivant à notre newsletter

Ne ratez aucun article.

Recevez les articles de L’Inédit en vous abonnant à notre newsletter.

Merci pour votre inscription!