L'Inédit

par notreHistoire


Bombardement de Porrentruy 24 avril 1917

Coll. P.et J. Schaller/notreHistoire.ch

Coup de tonnerre sur Porrentruy. Une énorme détonation, entendue jusqu’à 15 kilomètres à la ronde, retentit peu après 21h30 le mardi 24 avril 1917. Les habitants, équipés de lanternes et de bougies, affluent dans les rues pour découvrir ce qui se passe. Des bombes sont tombées à l’extrémité ouest de la ville jurassienne. La maison la plus atteinte est celle de Jules Theurillat, fabricant d’horlogerie. Le toit a volé en éclats. La route est couverte de tôle et de tuiles. Des planches sont perchées dans les arbres. Il y a un cratère dans le sol du jardin.

A l’intérieur de la maison, c’est le chaos: fenêtres brisées, portes enfoncées, parois arrachées, meubles éventrés. Un journaliste y pénètre pour constater les dégâts et recueillir les témoignages des habitants. Madame Theurillat, qui cousait au rez-de-chaussée, a été projetée contre le fourneau. Au premier étage, où loge une famille de locataires, les enfants pleurent. Quant au dernier étage, hébergeant une troisième famille, ses plafonds se sont effondrés. Le père est couvert de poussière, le visage défait et taché de sang. Plusieurs personnes ont été blessées, heureusement sans gravité. De l’avis de tous, c’est un miracle qu’il n’y ait pas eu de morts.

Le souffle de l’explosion a aussi endommagé une trentaine d’autres bâtiments dans le voisinage. D’aucuns supposent que c’est la fabrique d’horlogerie de Monsieur Theurillat, à 20 mètres de là, qui était visée car elle fabriquait des composants de munitions depuis quelque temps. Au lendemain des faits, la nationalité de l’avion n’est pas encore connue. Mais la presse jurassienne a déjà son opinion sur l’origine de cet «oiseau de malheur»: «On a le sentiment chez nous que l’on en veut à notre ville, dont les habitants sont notoirement connus comme n’ayant qu’une sympathie très limitée pour certains belligérants. (…) Nous n’avons pas besoin d’éclats de bombes avec inscription gothique pour le désigner et le maudire.»

Déjà plusieurs bombes allemandes

Il faut dire que Porrentruy reçoit des bombes pour la troisième fois depuis le début de la Première Guerre mondiale, après les précédents de septembre 1915 et de mars 1916. La Chaux-de-Fonds a elle aussi vécu un tel événement en octobre 1915. À chaque fois, c’étaient des avions allemands. La région était particulièrement énervée après les bombes de 1916. D’autant que les autorités fédérales avaient alors commis une grosse boulette: «on suppose que l’avion était français», avaient-elles glissé prématurément dans un communiqué de presse, sans attendre le résultat l’enquête. Le Jura, où un fort antigermanisme se mêlait à une opposition aux pouvoirs fédéral et bernois, s’était étranglé devant cette faute diplomatique et cette erreur de jugement.

Et en effet, en 2016, l’enquête avait montré rapidement que les débris des bombes portaient des inscriptions en allemand. L’Allemagne avait admis son tort et promis des indemnités. La polémique fut toutefois grande. La presse romande était exaspérée que des aviateurs soient «assez imbéciles pour ne pas distinguer nos frontières». Et d’ajouter que l’explication fournie – une confusion avec Belfort – semblait peu crédible, plus de 30 kilomètres à vol d’oiseau séparant les deux villes, et Belfort étant six fois plus grande. De plus, Porrentruy était bien illuminée, contrairement aux localités françaises proches de la frontière, soumises au couvre-feu.

Les satiristes avaient dénoncé avec ironie, notamment sur des cartes postales illustrées, l’impuissance à se défendre contre les bombardements. L’une d’elle représente Porrentruy et des soldats suisses à la frontière. Ils brandissent des lampions et leurs fusils sont posés au sol, alors qu’un avion allemand s’approche. Et sous l’image: «Comme ça y n’pourra se tromper.» Au verso se trouve une version détournée d’une chanson française de 1885, «C’est un oiseau qui vient de France». Les paroles originales racontent l’occupation de l’Alsace par l’Allemagne, et l’espoir suscité par l’arrivée d’une hirondelle depuis la France. Le texte, transformé, évoque un avion allemand attaquant le Jura:

«Près de la frontière helvétienne,
Chaque fois qu’un avion viendra,
Afin qu’il ne nous violât pas
Aussitôt on allumera Quelques lanternes vénitiennes.»

Mais la France avoue…

Cependant, après les bombes de 1917, le représentant de l’Allemagne à Berne affirme que tous les avions allemands de la Haute Alsace étaient déjà rentrés à 20h., tandis qu’un avion français avait lancé des bombes vers Altkirch vers 22h. Les Jurassiens et les Romands ne veulent pas croire à la responsabilité française. Et pourtant… la réponse tombe début mai: la France avoue une méprise de la part d’un de ses avions. Elle présente ses excuses et annonce des indemnités. L’affaire est réglée rapidement. Cette fois, plus de polémique en terres romandes. Les cartes postales éditées pour documenter l’événement restent très factuelles. Et voici un commentaire du journal Le Jura: «Les pangermanistes se réjouiront à la pensée que l’exploit du 24 avril est dû à un Français. Tout beau, les Allemands en ont assez à leur passif pour qu’ils s’abstiennent de s’applaudir de n’être pas les auteurs de ce dernier attentat.»

Porrentruy n’en a pas fini avec les bombes. Elle en reçoit encore en mars 1918. D’autres localités suisses ont aussi été touchées les mois précédents: Menziken (AG) et Muttenz (BL) en décembre 1917, ainsi que Kallnach (BE) en janvier 1918. La France assume la responsabilité de ces quatre cas. A l’été 1918, une revue berlinoise raille les journaux romands, les jugeant excessivement indulgents envers les Français à la suite de ces événements: «Si des aviateurs allemands avaient commis ces actes, la presse romande aurait pour le moins demandé que l’on déclarât la guerre à l’Allemagne.» La Gazette de Lausanne dénonce le «monumental toupet» de cet article. Il subsiste un doute, même pour les bombes dont la fabrication française a été établie, dit-elle; car il semble que pour deux des cas, le gouvernement n’a pas eu de preuves que le coupable était français. De plus, l’Allemagne n’a pas été en reste en matière de violations, rappelle-t-elle.

Entre 1914 et 1918, la Suisse a enregistré environ un millier de violations de frontière. Parmi les 800 cas concernant l’espace aérien, 74 ont eu lieu en Ajoie. ■

Source:

Article «31 mars 1916: Porrentruy sous les bombes», par l’historien Alexandre Elsig dans les «Actes de la Société jurassienne d’émulation», 2016.

Recevez les articles de L’Inédit en vous inscrivant à notre newsletter

Le sondage de L'Inédit se poursuit

Coll. L'Inédit/notreHistoire.ch

A propos

A nos lectrices et lecteurs

La rédaction de L’Inédit et l’équipe de notreHistoire.ch planchent actuellement sur l’avenir du magazine de la plateforme. Nous avons notamment élaboré un sondage qui a été adressé à l’ensemble des membres de notreHistoire.ch, aux abonnés de la newsletter de L’Inédit et aux personnes qui nous suivent sur facebook.

Nous souhaitons étendre ce sondage à toutes les personnes qui lisent L’Inédit, c’est pourquoi vous pouvez répondre à nos questions par ce lien.

Le délai court jusqu’au lundi 21 septembre midi. Merci de votre participation.

Tour à Fribourg

Photo Robert Walker, coll. NH/notreHistoire.ch

Prolongez les Journées du patrimoine 2020, qui se sont tenues ce week-end sur le thème de la verticalité, avec un article consacré à une tour qui a tout d’une grande, mais dont on parle peu: le plus petit gratte-ciel de Suisse érigé à Fribourg. Vous pouvez retrouver l’ensemble de cette série en cliquant ici.

Droit vers le ciel, c’est la direction originelle de Fribourg. L’historien de l’art Marcel Strub l’avait noté : « Un tel lieu devait voir fleurir avec bonheur un style aussi vertical (…) que le gothique », et de fait la ville grandit en se hérissant de tour et de clochers jusqu’à ressembler, selon le même auteur, à « un carré de pertuisaniers ». Certes, de nouveaux quartiers vinrent s’étager au-dessus du bourg primitif, mais dans le regard des visiteurs comme dans l’esprit des habitants la cité culminait avec la tour de Saint-Nicolas. Viser plus haut ? Quasiment un blasphème.

L’industrie s’y hasarda pourtant, autour de 1900, en proposant de nouveaux signaux d’altitude, les cheminées de brique du plateau de Pérolles : brasserie du Cardinal, chocolaterie de Villars. Suivraient les silos, massifs. Mais il fallut attendre les années 1970 pour que les 18 étages de l’Eurotel renvoient les élancements gothiques dans les profondeurs du passé. Désormais, les citadins pourraient loger dans des immeubles-tours, voire des silos agricoles transformés, et Pérolles pourrait se prendre pour Manhattan. Mais on savait depuis quarante ans que ces temps verticaux pourraient advenir. En 1932, Fribourg avait élevé le plus petit gratte-ciel du pays. Adresse : rue Frédéric-Chaillet, numéro 7. Il s’agissait tout de même d’une première, avec ses neuf étages, d’un geste annonciateur de modernité. Les citadins le baptisèrent spontanément « tour Pizzera », du nom de l’entrepreneur, un Neuchâtelois.

Un sculpteur, un romancier, un maître de ballet

Les architectes, Léonard Dénervaud et Georges Schaller, étaient bien d’ici. Leur bureau existait depuis 1928, et dans la décennie suivante ils gratifièrent la ville de constructions aux lignes sobres, aux formes pures, dans l’esprit de la Nouvelle Objectivité et le sillage d’un plasticien comme le Genevois Maurice Braillard. Rue Chaillet 7, la façade lisse est strictement symétrique, sans ornement chichiteux. De part et d’un axe étroit, vitré, encastré sur toute la hauteur, s’ouvrent à chaque étage un balcon en retrait et une fenêtre aux proportions semblables.

Est-ce la qualité de l’architecture qui peupla d’artistes les appartements, faisant de la tour un petit centre culturel avant la lettre ? Le peintre Buchs y installa son atelier, le sculpteur Antoine Claraz y logea, comme le maître de ballet Jean Dousse ou le romancier Marc Waeber. Deux corps de musique, la Landwehr et l’Union instrumentale, venaient au pied du bâtiment donner l’aubade à leurs directeurs Oscar Moret et Paul Mossu, ou sonner la diane au matin de la Fête-Dieu. La boulangerie Hauser, au rez-de-chaussée, assurait la survie de tous. Telle s’élève la tour Pizzera dans mes souvenirs d’enfant.

L’immeuble était d’autant plus impressionnant qu’il s’élevait en bordure d’un profond ravin (Strub encore : « On retrouve infailliblement l’aspect vertigineux qui enchanta les Romantiques »), couvert d’une sauvage végétation. La tour fait aujourd’hui petite figure, mais à l’époque elle surplombait avec orgueil un dense quartier. Elle était flanquée, de chaque côté, par un immeuble allongé haut de quatre étages; en face, un bloc locatif en U entourait une cour herbue plantée en son centre d’un marronnier. Il y avait ainsi de la verdure devant et derrière, et surtout de l’espace pour les jeux des enfants, bientôt remplacés – hélas – par des parc à voitures. Seul reste interdite aux bagnoles, aujourd’hui, la minuscule esplanade servant de perron à la tour Pizzerra. Mais une pancarte interdit d’y jouer. ■

A consulter également sur notreHistoire.ch

D’autres documents sur les gratte-ciels de Suisse romande ainsi sur le #Verticalchallenge lancé à l’occasion des Journées du patrimoine 2020

Recevez les articles de L’Inédit en vous inscrivant à notre newsletter

Tour TSR

Coll. D. Python/notreHistoire.ch

A l’occasion des Journées du patrimoine 2020 ce week-end, sur le thème de la verticalité, nous publions une série consacrée à quelques constructions en Suisse romande. Vous pouvez retrouver l’ensemble de cette série en cliquant ici.

En même temps que le groupe de presse Lamunière à Lausanne, la Télévision Suisse Romande décide de se doter d’une tour au début des années 1960. L’air du temps dicte ce genre de constructions. Sur le modèle américain, les organes d’information ne sauraient se passer d’un tel ancrage symbolique dans le skyline des grandes villes.

Le bâtiment sera implanté en bordure de l’Arve à proximité de bâtiments plus anciens déjà dévolus à la téléradiodiffusion. Une maison de la radio y a été construite à la fin des années 1930, un studio de télévision au début des années 1950. Le nouvel édifice est confié à l’architecte genevois Arthur Bugna qui a déjà réalisé le centre administratif de Givaudan. A l’exemple des buildings new-yorkais de l’après-guerre, il conçoit une tour, destiné à accueillir les bureaux de l’administration, reposant sur une « galette », un bâtiment bas et étendu dévolu à des activités plus triviales. Culminant à 60 m. et surmonté d’un antenne imposante, la tour de 17 étages comprend des bureaux, un restaurant et des locaux de montage. Dans la galette, se trouvent trois studios de tournage, l’un d’une surface de 800 m2 et deux autres de 175 m2.

Les travaux commencent en 1963 pour s’achever en 1970. Sur le modèle américain toujours, on commence par construire un noyau de béton armé qui renfermera tous les locaux de services : ascenseurs, escalier de secours et sanitaires. Sur ce noyau, s’accrochent les dalles de plancher, en béton armé également, qui reposent à l’extérieur sur des piliers d’acier. On suspend ensuite en façade des éléments préfabriqués en aluminium et verre émaillé. Des cloisons légères permettent de moduler l’espace intérieur à volonté.

Il est décidé de rénover la tour pour 2007, mais des sondages font apparaître qu’elle est bourrée d’amiante. On est alors forcé d’avancer les travaux. Quinze bureaux d’architectes suisses et étrangers sont invités à participer à un concours, qui est remporté par le bureau genevois de Patrick Devanthéry et Inès Lamunière. Initié en 2005, le démontage de la tour ne laisse plus que le noyau en béton armé. Les 440 tonnes de déchets contaminés par l’amiante sont transportés en containers scellés dans une usine spécialisée près de Bordeaux.

Les architectes réorganisent quelque peu la distribution intérieure, qui était marquée par une forte hiérarchisation dans le sens de l’élévation. Ils créent des vides sur plusieurs étages, en trois endroits, pour faciliter la communication entre les niveaux et aménager des espaces de réunion. Les deux derniers étages, qui étaient réservés à la direction, sont étendus en porte-à faux vers l’extérieur, pour servir à la fois de grand espace d’accueil et de studio improvisé. De fait, la direction doit redescendre au 8e étage. Enfin, la rénovation modifie complètement l’aspect extérieur de la tour, en remplaçant l’habillage de couleur sombre par des panneaux miroir en acier inox plus chatoyant.

Les travaux de rénovation sont achevés en 2010. Grâce à un nouveau système d’aération, à de l’eau chaude fournie par des panneaux solaires, à des fenêtres isolantes et à un éclairage basse consommation, le résultat est conforme aux normes Minergie. Les coûts de chauffage ont été réduits de 75% par rapport à l’ancien bâtiment. ■

A consulter également sur notreHistoire.ch

D’autres documents sur la construction de la tour RTS, les gratte-ciels de Suisse romande ainsi sur le #Verticalchallenge lancé à l’occasion des Journées du patrimoine 2020

Recevez les articles de L’Inédit en vous inscrivant à notre newsletter

Ne ratez aucun article.

Recevez les articles de L’Inédit en vous abonnant à notre newsletter.

Merci pour votre inscription!